Tahnee Jacob, « Donner aux autres autant que la vie le permet ! »

Évidemment, vous la connaissez (bien) devant les caméras de NCI comme présentatrice, chroniqueuse, journaliste… Saviez-vous que Tahnee Jacob était aussi productrice, réalisatrice, gérante de société, et surtout présente dans tous les combats qui font avancer la Nouvelle-Calédonie ? Ou quand « générosité »  rime avec « implication », c’est le pays qui y gagne…

« Je m’engage contre la délinquance en Nouvelle-Calédonie car la Nouvelle-Calédonie, c’est  tout simplement mon pays ! J’y suis née, j’y ai grandi, j’y travaille, j’y élève mon enfant et j’y construis mon avenir. Dès mon plus jeune âge, je me suis engagée auprès de structures associatives. Il a toujours été important pour moi de faire don de soi, et de donner aux autres autant que la vie nous le permet. Aujourd’hui à l’aube de mes 32 ans, et force est de constater les dérives de notre île, il me semblait important de répondre présente pour cette campagne de lutte contre la délinquance. Et peut-être pouvoir, à mon petit niveau, transmettre un message qui face écho dans quelques têtes calédoniennes. Être ambassadrice de « la bonne parole » c’est un « grand »  mot. Laissez moi vous raconter mon histoire au sujet de l’alcool… »

« Attention aux enfants ! »

Quel message adressez-vous à ceux qui commettent des infractions après avoir bu trop d’alcool ? 

« L’alcool est un facteur de violence, c’est sûr. Moi, aujourd’hui, je dis, attention aux enfants ! Quand ils ne sont pas victimes directement de coups physiques, il peuvent souffrir de blessures psychologiques. Ce que je constate, c’est que, tout autour de moi les enfants sont de plus en plus violents car ils ont eux mêmes assisté à des scènes pas terribles, souvent sur fond d’alcool. Ces gosses, nos gosses, sont des spectateurs muets de ces actes. De véritables éponges qui n’attendent qu’une seule chose : reproduire ce qu’ils ont vu pour qu’on leur prête attention. Ne leur laissons pas cette occasion et montrons leur l’exemple ! »