Halte au tabagisme passif

Tabagisme passif

La direction des Affaires sanitaires et sociales (DASS) du gouvernement vient de publier un dépliant sur le tabagisme passif, facteur de risque pour des maladies graves, notamment chez la femme enceinte et le jeune enfant.


Le tabagisme passif, c’est celui dont souffrent ceux qui ne fument pas, mais qui sont en relation, en proximité avec des fumeurs. C’est le fait d’inhaler involontairement la fumée des cigarettes ou des cigares des fumeurs. Outre la gêne procurée, le tabagisme passif a des répercussions sur la santé des plus fragiles et en particulier des enfants et des femmes enceintes et c’est sur ce point qu’insiste la DASS.

Des risques graves de maladies

Le dépliant publié par la DASS rappelle tout d’abord que les études montrent que des non-fumeurs, exposés au tabac, peuvent développer des maladies liées justement au tabac. « Votre fumée de cigarette, indique le dépliant, peut avoir des conséquences sur la santé d’autres personnes. » Et les conséquences peuvent être graves. Une femme enceinte, soumise au tabagisme passif, court ainsi un plus grand risque de fausse couche ou de grossesses extra-utérines, sans compter que l’enfant à naitre peut présenter des malformations. Justement les enfants exposés au tabagisme passif peuvent développer des maladies respiratoires, mais également présenter des troubles comportementaux ou des difficultés d’apprentissage. Le tabagisme passif doit donc être combattu. Pour cela, il existe une réglementation stricte.

Il est interdit de fumer dans les endroits publics

À l’occasion de la publication de ce dépliant, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie rappelle les grandes lignes de cette réglementation, dont le principe de base est simple : « il est interdit de fumer dans les lieux collectifs, sauf dans les emplacements expressément réservés aux fumeurs. » Cette interdiction concerne notamment les établissements accueillant des mineurs, donc les écoles, collèges et lycées. Plus largement cette interdiction concerne les lieux fermés et couverts recevant du public, ainsi les boites de nuit, les bars ou les restaurants. À ce sujet, le gouvernement indique qu’en 2018, « sur les 48 établissements contrôlés, majoritairement des restaurants, 37 présentaient une ou des infractions, principalement une signalétique non conforme ou un manque d’agrément pour les zones destinées aux fumeurs. » Et dans ce cas-là, des amendes pouvant aller jusqu’à près de 90 000 francs sont prévues !

 

Dépliant tabagisme passif_Dass-NC