L’ACH, une activité incessante depuis 40 ans

ACH

Le président de l’ACH, Michel Julia, entouré par deux ergothérapeutes.

 

Ce 7 septembre, l’Association Calédonienne des Handicapés (ACH) célébrait son quarantième anniversaire. L’occasion de mettre le focus sur une association qui, depuis quatre décennies, œuvre sans relâche pour le mieux-être des personnes en situation de handicap.


Il y avait du monde, beaucoup d’ambiance et de joie, ce samedi 7 septembre autour du Kiosque à Musique, Place des Cocotiers. Membres de l’ACH, visiteurs et associations en lien avec le handicap, se sont retrouvés pour une journée festive, organisée sur le thème « espoir et solidarité », et destinée à attirer l’attention du grand public sur la situation du handicap en Nouvelle-Calédonie. Elle a également permis à de nombreuses associations de présenter leurs actions notamment le mouvement citoyen #ZéroTolérance.

Quatre grands secteurs d’intervention

Avec les années, l’ACH a pris de l’ampleur et multiplié ses interventions de terrain. La première de ces actions est de réunir des personnes en situation de handicap tous les mercredis et les samedis pour des activités diverses. Cela afin de briser l’isolement et l’inactivité dont souffrent nombre de ces personnes. « Nous gérons également un établissement pour enfants à Montravel, explique Michel Julia, l’emblématique président de l’ACH. Le Centre pour enfants dépourvus d’autonomie accueille 31 enfants en demi-pension, avec la participation de médecins, de psys, de psychomotriciennes, de thérapeutes. »  L’ACH gère aussi le centre pour adultes avec internat à Nouville, le foyer Paul Reznik que les Calédoniens connaissent bien et qui reçoit quarante résidents. Et pour aider au transport, l’ACH a mis en œuvre Handicar, un dispositif de transport, qui dispose d’une flotte de véhicules adaptés au handicap. Malgré l’action de l’ACH et de bien d’autres associations, les problèmes demeurent. « Les structures manquent en Nouvelle-Calédonie, explique Michel Julia, notamment à Nouméa mais plus encore au-dehors où là c’est carrément le désert. Il manque des centres pour adultes. C’est un vrai problème pour les familles, dont les parents vieillissent et qui ont de plus en plus de mal à s’occuper de leurs enfants handicapés. Il faut donc créer de nouvelles structures d’accueil. »

Les projets de l’ACH

Pour faire face, l’ACH ne manque pas d’ambition ni de détermination. Elle entend ainsi créer un véritable grand centre d’accueil à Nouville. « Nous souhaiterions déménager notre centre de Montravel, à cause de l’insécurité, précise Michel Julia. Nous avons été cambriolés, pillé à plusieurs reprises et trois de nos véhicules ont été incendiés. Nous possédons un terrain à Nouville, on voudrait donc regrouper nos activités là-bas avec le Foyer Reznik de façon à mutualiser nos moyens. Tout est prêt, la Commission d’Organisation Sanitaire et Sociale a donné un avis favorable, il ne nous manque plus que les financements. Nous discutons de ce projet avec l’Agence Française de Développement (AFD), c’est quand même un projet de plus d’un milliard ! »