Baisse du nombre d’accidents sur la route et de morts : « ce sera aussi grâce à vous » !

MIJ

À l’initiative de la MIJ (Mission d’Insertion des Jeunes) de la province Sud, en partenariat avec la Ville de Nouméa, une action de sensibilisation à la sécurité routière était organisée à la maison de quartier de Rivière Salée cette semaine.


Pendant toute la journée, des classes de 3e du collège de Rivière Salée, mais également des lycéens de Pétro Attiti et le grand public ont participé à cette journée et aux différentes animations qui y étaient présentées. Pour l’occasion, la MIJ avait sollicité les services de la brigade motocycliste de la Police nationale, de l’école de police, de la DITTT, de la MIJ et du mouvement citoyen #ZeroTolérance. « La sécurité routière est un gros sujet d’actualité depuis des années, explique Rose-Mai Nea, informatrice jeunesse MIJ Nouméa et Dumbéa. Nous souhaitons donc sensibiliser notre public sur ce thème. Les jeunes se sont montrés intéressés et sont réceptifs aux messages. C’est un sujet qui concerne tout le monde. »

Une vraie participation des jeunes

Durant toute la journée, les stands n’ont pas désempli, permettant à chacun des intervenants de faire passer les messages de prévention. « Concernant la sécurité routière, explique Alexandre Ngo, chef de la brigade motocycliste de la police nationale, je suis allé à l’essentiel en développant trois thèmes : l’alcool et le cannabis, la vitesse et le port de la ceinture de sécurité. J’ai donc expliqué d’abord la réglementation, en illustrant mes propos soit par des anecdotes soit avec des photos d’accidents de la police scientifique. C’est vrai que par Internet les jeunes ont accès à beaucoup de choses, mais ce qui a attiré leur attention, c’est que ça se passe chez eux, dans leur commune et donc, de voir que sur les photos, les lieux leur étaient familiers. Ça leur parle davantage. » Les contacts directs sont des instants privilégiés pour attirer l’attention même des plus jeunes sur des problématiques parfois compliquées. L’important est qu’on leur parle directement.

 

Responsabiliser les jeunes

« L’idée forte qu’il faut mettre en avant, c’est la prudence, souligne Alexandre Ngo. Sur tous les sujets, j’ai rapporté mes explications aux jeunes conducteurs, qu’il s’agisse de la vitesse, de l’alcool ou de la ceinture de sécurité. J’ai trouvé que les jeunes étaient assez intéressés et c’est vraiment bien que le collège de Rivière Salée ait joué le jeu. Ce qui est intéressant c’est qu’ils participent, c’est interactif. » Et le chef de la brigade motocycliste, qui a déjà participé à de telles séances au sein d’établissements, insiste sur un point : « je les responsabilise en leur parlant directement, explique Alexandre Ngo. Je leur dis : si demain on réussit à faire baisser le nombre d’accidents sur la route et le nombre de morts, ce sera peut-être grâce aux associations, à la police, à la gendarmerie, à la DITTT, mais ce sera aussi grâce à vous. C’est votre rôle. En fait, je leur demande d’être acteurs auprès de leurs familles, de leurs amis. »