Diversités NC : « notre crédo, c’est la pédagogie »

DIVERSITES

Créée en 1998 Diversités NC (anciennement HomoSphère) est une association qui regroupe une cinquantaine d’adhérents. Au moyen de l’écoute, de soutiens et d’accompagnements, elle œuvre pour le respect et à une meilleure reconnaissance des diversités d’identité de genre et d’orientations sexuelles.


Son objectif : Faire en sorte que la société calédonienne évolue dans ses comportements et son regard vis-à-vis de la communauté LGBT*. « Nous sommes en Océanie, explique Laurent Garnier, membre du Conseil d’administration. L’Océanie est plus ouverte à la compréhension de la différence de l’autre qu’en France ou en Europe. Il y a une existence historique en Océanie des personnes trans, et souvent moins de phénomènes d’exclusion. » Néanmoins, bien des problèmes demeurent. L’association agit donc sur plusieurs fronts pour faire face à tout ce à quoi la communauté LGBT est confrontée. Diversités NC tient une permanence les après-midi dans ses locaux de 13 h à 17 h, sa ligne d’écoute téléphonique fonctionne tous les jours et ses membres se déplacent aussi sur le terrain pour rencontrer les publics demandeurs.

« On nous appelle pour nous faire part de discriminations, pour conseiller avant ou après un coming out, pour accompagner un retour à l’emploi suite à une discrimination, explique pour sa part Romaric Chantreau, le président de Diversités NC. Vous savez, ce n’est pas facile de faire son coming out. Parfois les ados ou les jeunes adultes souhaitent qu’on les accompagne pour être médiateur avec leurs parents. » L’association n’est pas présente sur tout le territoire, « mais, explique Laurent, les gens utilisent Internet, le téléphone ou profitent d’un déplacement pour venir lors d’une permanence. Venir à Nouméa permet à certaines personnes LGBT de vivre une vie sexuelle et affective parce que là où ils sont, ils se l’interdisent ou bien on leur interdit. »

 

Des actions de terrain

Diversités NC est très présente au travers de son dispositif d’écoute téléphonique et de ses permanences, mais pas uniquement : « l’association réalise également des interventions de terrain, souligne Romaric son président. Nous allons ainsi dans les collèges et les lycées à la demande des chefs d’établissement », c’est donc basé sur le volontariat , ce qui explique, à son grand regret, que l’association ne couvre que moins de 5 % des établissements. Elle estime que si le vice-rectorat disposait les leviers nécessaires, ses interventions seraient plus nombreuses. « Notre crédo, insiste Laurent, c’est la pédagogie.

Ce qui fait changer le regard sur l’autre et donc reculer les discriminations, les harcèlements, les agressions et le nombre de suicides, c’est l’échange, le dialogue, l’explication. Le but n’est pas de changer les personnes, mais d’expliquer que dans une société, nous sommes pluriels et que nous pouvons vivre ensemble. » Diversités NC intervient également en entreprise, et dans ce cadre, elle est référente d’une association nationale pour porter une Charte Pro par laquelle les entreprises s’engagent en termes de lutte contre les discriminations. Une dizaine d’entreprises sont engagées dans cette démarche et quatre ont déjà été labélisées, au même titre d’ailleurs d’un club de natation qui a fait un gros travail auprès de ses jeunes adhérents et de leurs parents. « Nous avons tous la mission de donner des vérités aux jeunes, précise Laurent, les parents, les éducateurs, les proches, les amis, les aidants, les enseignants, etc.. La société a une mission de partage sur la différence de l’autre qui lui incombe, ne rien faire c’est cautionner et entretenir le rejet. »

Les choses changent-elles ?

En Nouvelle-Calédonie, les situations sont bien différentes selon que l’on habite en ville, en brousse ou en tribu. « Dans bien des endroits, déplore Romaric Chantreau, il est très difficile de vivre son homosexualité, en raison de la pression familiale, coutumière, sociale, religieuse. » S’il y a moins d’agression homophobe qu’en France ou en Europe, on déplore encore de l’exclusion, des jeunes sont expulsés de chez eux, y compris lorsqu’ils sont mineurs, il y a encore des problèmes de harcèlement, de discriminations, « nous accompagnons des jeunes qui s’ouvrent les veines, qui portent plainte, qui sont déscolarisés et qui sont dans des situations de souffrance », rappelle Laurent Garnier. On sait proposer à Diversités NC une écoute neutre, bienveillante et professionnelle assurée par des personnels formés qui apportent des explications et des réponses adaptées et justes.

« D’une manière générale en Nouvelle-Calédonie, on est peu homophobe ou transphobe, explique Laurent. On l’est cependant un peu plus lorsque cela arrive dans la sphère professionnelle et on l’est encore plus quand c’est dans la sphère privée. On tolère l’homosexualité lorsqu’il s’agit de celle de la fille du voisin, mais on est très embêté lorsqu’il s’agit de celle de sa propre fille ». En 2017, l’association a fait réaliser une étude statistique auprès d’un panel représentatif sociologiquement du territoire de 3 000 personnes, qui montre que 75 % des personnes interrogées ont une bonne compréhension de ce qu’est une personne LGBT.

Comment faire changer les mentalités ? « Le problème en Nouvelle-Calédonie, repose également sur l’absence de visibilité, précise Laurent Garnier. Aucune personne connue, journalistes, sportifs, politiques, artistes, n’est sortie du placard publiquement. Comme quoi le partage de son vécu personnel est encore tabou et cela entretient le mythe qu’il y a une différence et que cette différence serait problématique. Or, l’important ce n’est pas la différence, mais le traitement que l’on en fait, donc on va essayer de convaincre ceux qui pourraient publiquement s’investir de porter le message. » Diversités NC souligne également que lorsque le législateur se prononce, comme cela a été le cas avec le mariage pour tous, c’est une fenêtre d’exemplarité qui s’ouvre et un message fort qui est envoyé entrainant une baisse statistique avérée des situations problématiques. Signalons enfin que Diversités NC travaille en réseau avec d’autres associations, APGL-NC ou Lotus Doré par exemple. Elle est également adhérente de ILGA OCEANIA et de l’alliance LGBT Franco-océanienne, ce qui permet des actions mutualisées avec des partenaires des territoires voisins.

* Lesbienne, Gay, Bisexuel(le), Trans

 



Diversités NC

1 rue Gustave Flaubert, baie de l’Orphelinat, à Nouméa

Horaires des permanences : 13 h – 17 h, du lundi au vendredi

Ligne d’écoute téléphonique : 9 h – 21 h, 7 jours sur 7 au 97 62 64