Des mesures, des résultats mais il reste du travail !

SITE ZEROTOL

L’une des grandes priorités du Plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance (PTSPD) est la lutte contre les addictions. Objectifs : restreindre la consommation excessive d’alcool, lutter contre le cannabis et la délinquance routière. Pour le volet alcool, de nombreuses actions ont été réalisées.


2018 a vu la mise en œuvre d’un vaste plan d’actions contre la consommation excessive d’alcool. Par la sensibilisation et la prévention d’une part, mais aussi par la répression et une politique fiscale volontaire. Indéniablement, l’augmentation de la fiscalité sur les boissons alcoolisées a eu un effet sur les volumes de vente.

Parallèlement, une loi de pays relative à l’alcoolisme a été adoptée à l’unanimité des élus du congrès pour interdire la publicité et la promotion des boissons alcoolisées, abolir le marché noir, renforcer la protection des mineurs contre cette substance dangereuse pour leur santé et enfin donner les moyens aux forces de l’ordre de mieux lutter contre la consommation excessive d’alcool sur la voie publique. C’est dans ce dernier cadre que le gouvernement a ainsi interdit, à la demande du maire de Dumbéa, la consommation d’alcool sur certains lieux publics de la commune.

Le gouvernement a également instauré le principe de la « Tolérance 0 »  pour les jeunes conducteurs détenteurs du permis depuis moins de deux ans, contrôlés en état d’ivresse qui se verront sanctionnés d’une amende de 15 000 francs, d’un retrait du permis de conduire de 6 mois et de l’immobilisation de leur véhicule.

Les chiffres à retenir

Ces mesures ont conduit à une baisse significative des importations et des consommations d’alcool. Ainsi pour 2018, on enregistre une baisse de 40,2 % pour l’alcool fort, de 32,7 % pour le vin et de 15,1 % pour la bière. Dans le même temps, le nombre de personnes interpellées en état d’ivresse public manifeste entre 2017 et 2018 a baissé de 17 %. Toutes ces statistiques sont encourageantes et confortent chacun à poursuivre l’action engagée par le PTSPD et qui ne se conçoit que sur le long terme. En effet, concernant l’accidentologie, les chiffres sont plus mesurés.

En 2018, on a déploré une hausse du nombre d’accidents et de blessés. 320 accidents corporels ont ainsi été enregistrés l’an dernier, contre 268 en 2017 soit une hausse de 19 %. Le nombre de blessés est passé de 384 en 2017 à 442 en 2018, soit une hausse de 15 %. Avec 49 tués en 2015, 51 en 2016, 55 en 2017 et 52 en 2018, le taux de mortalité sur les routes de Nouvelle-Calédonie est 4 fois supérieur à celui de la Métropole. Vitesse, non-port de la ceinture, alcool et stupéfiants ; les causes sont clairement identifiées pour autant, le comportement des Calédoniens évolue peu et continue de faire la « une » de l’actualité chaque fin de semaine.

La prévention pour la sécurité routière reste l’une des priorités de sensibilisation pour le mouvement citoyen Zéro Tolérance soutenu par le gouvernement.