« Je ne voulais pas mourir »

 

La jeunesse calédonienne veut sensibiliser au problème de l’insécurité routière. Cette sensibilisation prend aujourd’hui la forme d’un spectacle initié par Richard Digoué, un projet artistique dans lequel des jeunes de 18 à 30 ans se sont engagés pour alerter sur le thème de « la mort au volant ». 

La force de ce spectacle réside dans le fait qu’il est basé sur des faits réels, et sur scène, les artistes témoignent de ce qu’ils ont vécu. Ce dont chorégraphe et danseurs parlent, c’est ce qu’il les a frappés dans leur chair et dans leur âme en perdant un ami, un frère, une sœur, des connaissances. Face à cette réalité dansée et chorégraphiée, le public est à la fois saisi, interloqué, choqué, mais sensibilisé.

Un projet d’ampleur

« Je ne voulais pas mourir » n’est pas qu’un simple spectacle de danse, le projet a une autre ampleur. Au-delà de sensibiliser les Calédoniens, le spectacle a choisi d’être évolutif en ce sens qu’au fil des représentations, d’autres jeunes viendront rejoindre la troupe pour apporter leur expérience, leur talent, leur vécu et faire ainsi évoluer la chorégraphie et le message. Au-delà de cela, « la mort au volant » fera l’objet d’une captation dans la perspective d’une diffusion à la télévision et une compilation musicale sera éditée et vendue au profit d’un organisme de prévention routière ou en faveur des victimes de la route.

Informer, sensibiliser

Tout le monde sait que c’est par la prévention et l’information que l’on parviendra à faire changer les comportements des Calédoniens sur la route ou vis-à-vis de l’alcool et du cannabis. Des campagnes sont ainsi menées et le mouvement citoyen Zéro Tolérance s’inscrit pleinement dans cette démarche et salue l’initiative des artistes mobilisés et désireux de contribuer à ce que les choses changent. Le principal objectif de « Je ne voulais pas mourir » est bien sûr de sensibiliser la population calédonienne, en particulier les jeunes, sur les comportements à risque au volant, mais le spectacle cherche également à placer le spectateur face à la réalité et à l’empêcher de penser que l’accident, « ça n’arrive qu’aux autres ». À noter que chaque diffusion sera suivie d’un débat auprès des scolaires et du tout-public. Les créateurs et organisateurs du spectacle ont également l’intention, au travers de cette chorégraphie, de redonner un coup de projecteur sur les actions menées par les organismes et associations calédoniennes de Prévention Routière et d’aide aux victimes de la route.

Impliquer les jeunes

Comme à son habitude, Richard Digoué veut faire de la création, une opportunité pour les jeunes. « Je ne voulais pas mourir » invite les jeunes à s’exprimer sur le sujet et à partager leur ressenti et pour ceux qui sont engagés dans le projet à se professionnaliser en s’impliquant dans un projet artistique dont ils sont les co- créateurs.

 


Infos pratiques : Représentations de « Je ne voulais pas mourir »

Dates de tournée 2019 « Sous le Châpito », à 19 heures :

  • Tuband : 26 mai
  • Hienghène : 30 juin
  • Kouaoua : 21 juillet
  • Canala : 11 août
  • Voh : 28 août
  • Thio : 08 septembre
  • Pouembout : 27 septembre
  • Maré : entre le 04 et 18 novembre