Béthanie : structures d’hébergement d’urgence et de réinsertion pour les femmes

SITE ZEROTOL

Le Foyer Béthanie est une vieille institution qui joue un rôle majeur dans l’aide aux femmes en difficulté. Aujourd’hui l’association Béthanie offre une aide concrète aux femmes en situation précaire, grâce aux 84 lits de ses deux structures du centre-ville et de l’Anse Vata. Elles accueillent les femmes, avec ou sans enfants, qui n’ont pas d’autres solutions immédiates d’hébergement. Plus de 280 femmes et enfants sont ainsi accueillis chaque année. Il s’agit, pour le moment, de l’unique structure d’hébergement d’urgence pour les femmes.


Avec les 32 places du Centre-Ville et les 52 de la résidence de l’Anse Vata, l’association accueille des femmes seules ou avec enfants, en rupture totale d’hébergement. « Sur le Centre-Ville, explique Laure Regnauld, la directrice de Béthanie, nous accueillons des femmes qui ont pu être victimes de violences conjugales ou intrafamiliales, mais pas seulement. Leur point commun est qu’elles ont toute épuisé leur réseau et ne peuvent ou ne souhaitent plus solliciter leur entourage familial ou amical. Elles ont besoin de se poser afin de s’engager plus sereinement dans un projet d’insertion. Idéalement, elles ont toutes le souhait de trouver un emploi et un logement. La difficulté réside surtout dans la mise en pratique, puisqu’en général, ces femmes n’ont pas ou peu de diplômes, d’expériences professionnelles, et qu’il leur appartient de tout construire ou reconstruire. »

Ces femmes arrivent au foyer Béthanie sur orientation de travailleurs sociaux et sont hébergées pour une durée de séjour variable, cela va de 6 mois à 2 ans, parfois plus si elles s’engagent dans un processus de formation. La résidence de l’Anse Vata accueille des femmes déjà insérées par l’emploi et qui sont dans une démarche de pré-accession à un logement autonome. Ici, la durée moyenne de séjour varie entre 8 mois et un an.

« Elles arrivent au foyer suite à une séparation ou à une rupture, qu’elle soit conjugale ou familiale, précise Laure, et elles ont besoin d’un accompagnement et d’un soutien pour s’engager vers l’autonomie. Nous les soutenons donc dans leur quotidien sur des points tels que la gestion du budget, la parentalité, la justice, la mise à jour des droits,… car souvent il y a de gros besoins en la matière. Une fois ce chemin accompli, nous les positionnons en attente de logement. »

L’urgence à gérer

L’association Béthanie gère également 6 places d’accueil d’urgence. Ceci, de manière très temporaire puisque les prises en charge n’excèdent pas 18 jours. Les orientations sont effectuées par les partenaires sociaux ou la police, 24/24h, 365 jours par an, puisqu’il existe un service d’astreinte permanent au sein de l’équipe. « L’urgence, explique Laure, c’est une situation qui nécessite une réponse immédiate à un besoin de mise en sécurité ou de rupture d’hébergement. » Il s’agit dans un premier temps d’éviter que ces femmes ne se retrouvent à la rue. Elles ont bien souvent eu des parcours de vie chaotiques « cet accueil leur permet de se poser physiquement et émotionnellement », confie la responsable. Elles peuvent ensuite être orientées vers les institutions partenaires telles que le Relais, le commissariat, l’Adavi ou la psychologue.

Regagner en confiance et autonomie

Les jeunes filles retrouvent comme une seconde famille au sein du Foyer Béthanie et partagent les tâches de la vie quotidienne.

Au sein de la structure, le cadre et des règles claires permettent aux femmes et aux enfants de bénéficier d’un environnement rassurant et stable. Ainsi, elles évoluent dans cette unité de vie collective au travers de leur participation à des tâches quotidiennes (entretien des lieux, préparation des repas…) et d’une participation financière à leur hébergement. L’association gère les deux structures avec une équipe de 14 personnes, dont 3 travailleurs sociaux et 8 chargés d’accueil. Un psychologue intervient également deux fois par semaine. L’équipe accompagne ces femmes au quotidien, un soutien précieux et permanent afin qu’elles puissent se sentir valorisées et regagner en confiance et en autonomie.

Laure a un souvenir précis d’une jeune mère de famille qui avait été victime de violences. « Elle est arrivée au foyer avec son bébé de 6 mois. Cette jeune femme n’avait jamais travaillé, la situation était si fragile que nous avions des craintes quant à sa capacité à rebondir. Finalement, elle a pu concilier son rôle de mère et l’investissement dans une formation diplômante. Après 2 ans et demi d’accompagnement à Béthanie, elle a obtenu son diplôme et travaille désormais dans un grand hôtel de Nouméa en tant que réceptionniste. Elle vit aujourd’hui dans son propre logement avec sa fille. C’est un beau parcours. »

 

Foyer Béthanie – Tél. 27 37 75