Sébastien Lemoine, du Gouvernement : « On bouscule les comportements, c’est quand même assez exceptionnel »

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce 12 décembre, Sébastien Lemoine, coordinateur des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance au Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, a dressé un premier bilan du Mouvement Citoyen #ZéroTolérance.

Quel premier bilan peut-on faire de cette opération #ZéroTolérance ?

#ZéroTolérance est un véritable succès, tant dans la mobilisation des jeunes que dans la stratégie de communication à adopter. C’est une action transversale, ce qui explique son audience. Elle agit en effet au cœur des établissements scolaires et 2 600 jeunes suivent ce mouvement de manière active (…). #ZéroTolérance agit aussi dans de nombreux mouvements et de nombreuses manifestations au travers des ambassadeurs, une cinquantaine aujourd’hui. On espère que cette mobilisation conduira beaucoup de Calédoniens à plus de vigilance lors des soirées festives, à changer les comportements, les mentalités, vis-à-vis de l’alcool, vis-à-vis des drogues, vis-à-vis des violences, c’est tout l’objectif de cette mobilisation.

Peut-on avoir déjà un premier retour où il est trop tôt pour faire un bilan ?

Il est encore trop tôt pour le dire. Cependant, on note un infléchissement tant des ivresses publiques et manifestes que des comportements à risque. Néanmoins, il y a des domaines comme l’insécurité routière qui restent quand même très lourdement impactés par le nombre de morts, de comportements à risque et notamment de conduite sous l’emprise d’un état alcoolique. 80 % des accidents mortels de la circulation sont liés à cela, c’est la première cause de mortalité chez les jeunes avant même le suicide. On a vraiment des problématiques pour l’instant qui restent ouvertes et on ne peut pas pour l’instant parler de succès si ce n’est dans la mobilisation. On espère en tout cas, qu’à terme, l’ensemble de ces mesures, des actions menées avec l’ensemble des services et des associations, car c’est un gros travail de fond, en transversalité, conduiront à des effets sur les chiffres de la délinquance dès 2018.

Premier point de satisfaction pour vous, c’est que la jeunesse s’est mobilisée autour de cette opération ?

La jeunesse qui se mobilise, des jeunes qui parlent aux jeunes, des jeunes qui s’impliquent dans l’environnement, je le vois sur tous les événements que je peux fréquenter que cela soit le carnaval, la foire de Koumac ou directement dans les établissements scolaires. À titre privé je peux m’en féliciter pour mes enfants et à titre professionnel, quand je vois les résultats qu’ils affichent, la mobilisation sur Instagram, sur Facebook, sur les réseaux sociaux je pense que c’est là que l’on gagne des parts de marché. On bouscule les comportements, c’est quand même assez exceptionnel.

#ZéroTolérance va se poursuivre en 2019 ?

On espère que #ZéroTolérance va se poursuivre… Cela a été financé par les taxes sur l’alcool qui ont été votées par les élus du Congrès au profit de l’Agence Sanitaire et Sociale qui finance ces actions. Mais il n’y a pas de raison pour que cette opération qui a connu du succès ne soit pas reconduite, car je le rappelle on s’inscrit vraiment dans une démarche à moyen voir à long terme pour changer les comportements de manière sensible et définitive.